L’OSTÉOPATHIE

L’ostéopathie se définit comme une médecine manuelle, s’intéressant aux troubles fonctionnels du corps humain. Elle se distingue nettement des autres moyens d’intervention en thérapie manuelle.

L’ostéopathe, horloger du corps, utilise ses mains de différentes façons pour établir un diagnostic ostéopathique et dispenser le traitement. Par différents tests de mobilité, tant au niveau articulaire (vertébral ou périphérique) qu’au niveau viscéral ou crânien, il évalue l’état des différents systèmes du corps humain. Il emploie, dans ce but, différents types de palpation qui lui permettront d’évaluer la forme, le volume, la consistance ou la tension et la position des structures évaluées.
L’examen ostéopathique dépassera aussi l’examen spécifique des différents systèmes, en évaluant leurs inter-relations, tant mécaniques que neurophysiologiques, pour découvrir la cause, le problème dit primaire. En effet, ce problème primaire peut engendrer souvent une série de problèmes secondaires et de symptômes à distance.
L’ostéopathie ne s’intéresse donc pas simplement à un symptôme ou à une maladie, mais considère le patient comme un tout devant être appréhendé dans son ensemble.
Certains principes de base se sont développés en ostéopathie depuis ses origines :

  1. 1.Le corps humain est une unité fonctionnelle où structure et fonction sont en interdépendance mutuelle et réciproque.

  2. 2.Face à une agression, l’organisme tend à réagir et à s’autoguérir par l’utilisation de systèmes complexes en équilibre.

  3. 3.L’intégrité fonctionnelle des systèmes de l’organisme dépend de l’apport sanguin et nerveux.

  4. 4.L’importance du système musculo-squelettique dépasse largement dans l’organisme son rôle de structure de soutien.

  5. 5.Certaines composantes somatiques des états pathologiques ne sont pas seulement l’expression de la maladie mais ont aussi un rôle de contribution au processus de maintien.

En résumé, l’ostéopathie est à la fois un art, une philosophie et une science :

  1. Un Art, car c’est une thérapeutique manuelle qui repose sur des compétences spécifiques approfondies du corps humain, et nécessite un toucher précis, minutieux, exact, et toujours dosé suivant les patients et la pathologie à traiter.

  2. Une Philosophie, car elle s’intéresse à l’homme dans sa globalité. Ce n’est pas tant le symptôme qui intéresse l’ostéopathe que la cause qui la provoque.

  3. Une Science qui englobe les connaissances anatomiques, physiologiques, biomécaniques et biologiques relatives au rétablissement et à la préservation de la santé.

LA MYOTHÉRAPIE

                           ( Avec des extrait de Prenez en main votre santé de Michel Dogna)

Cette méthode part du principe que les os ne sont pas responsables  des blocages ou limitations de mouvement car ce sont les structures musculaires réagissant aux traumatismes physiques, climatiques, viscéraux ou psychologiques qui  gardent des contractures réflexes.

La myothérapie ( de myo = muscle) est une méthode de mobilisation douce des articulations visant à traiter les muscles statiques spasmés.

Ses effets ont été contrôlés par électromyographie, par des radiographies effectuées avant et après traitement, et par des études comparatives.

Plusieurs articles ont été publiés dans des revues professionnelles de Rhumatologie, de Médecine du sport, de Kinésithérapie et de Physiothérapie en France et en Suisse.

Ces études ont été faites par 150 médecins sur 60 maladies

concernant 3 000 patients.

La myothérapie est une technique ostéopathique douce, non manipulante et indolore qui vise à traiter le ou les muscles trop tendus ou spasmés par contractures réflexes, celles-ci étant à l’origine de troubles articulaires avec conséquences diverses et multiples.

La myothérapie ne faisant pas usage de la force et ne dépassant jamais l’amplitude articulaire des mouvements spontanés du patient – contrairement à d’autres techniques qui effectuent des étirements musculaires – sollicite un raccourcissement du ou des muscles spasmés selon un protocole précis.

Cette méthode est utilisable en aigu comme en chronique, sans risque, sans limite d’âge, à condition d’être appliquée par des praticiens spécialement formés. En provoquant un raccourcissement musculaire sensible, au lieu d’un étirement, on sollicite d’autres neurotransmetteurs pour lever le spasme, ce qui évite le risque de provoquer des réflexes intempestifs de contraction douloureuse et augmente les chances d’efficacité.

COMMENT SE DÉROULE UNE SÉANCE

Une fois les muscles tendus repérés, le myothérapeute place vos articulations dans différentes postures (ceci est indolore) afin de raccourcir le ou les muscles concernés et permettre leur relâchement. La seule participation du patient est de respirer d’une certaine façon. Immédiatement après la séance, le patient doit s’allonger à plat dos pendant une demi-heure minimum sans rien faire, afin que le relâchement induit se stabilise.

Dans les trois jours qui suivent la séance, il est recommandé d’éviter toute activité physique dure (sport, marche forcée, jardinage, bricolage et tous travaux de force).

LE MYOSPASME POST-TRAUMATIQUE PERSISTANT (MPP)

Le fonctionnement d’un muscle est soumis à plusieurs neurorécepteurs qui génèrent divers réflexes. L’un d’entre eux, utile par exemple pour maintenir une position, fait que tout muscle étiré se contracte: c’est le réflexe myotique. Quand l’étirement cesse, le muscle se relâche. Ce réflexe est aussi une défense contre la dislocation articulaire en cas de choc.

Le corps possède des muscles dynamiques pour courir, jouer au tennis etc.. ,des muscles statiques qui sont sur le qui-vive constant pour maintenir la position debout et enfin des muscles mixtes.

En cas de traumatisme important, un muscle dynamique ne ressent pas de problèmes mais  les muscles statiques entourant une articulation peuvent être étiré de façon brusque et excessive et l’on constate ensuite souvent qu’ils restent contractés, comme si le trauma initial persistait. Et cette contraction, qui initialement devait éviter la dislocation de l’articulation et aurait dû être réversible, risque de durer toute la vie : ni repos, ni massages, ni médicaments ne la feront cesser. C’est le Myospasme Post traumatique Persistant (MPP).

Le muscle est contracté en permanence et se comporte comme une corde, résistant à son étirement, bloquant ainsi l’articulation de façon plus ou moins importante dans son sens, et comprimant cette articulation de son côté. Ce spasme provoque rapidement une douleur soit sourde et continue, soit aiguë quand le muscle est étiré et qu’il est sollicité.

LES DEUX ZONES STRATÉGIQUES

La statique debout est permise et protégée par deux chaînes musculaires (statiques) qui, comme des jongleurs, rétablissent constamment l’équilibre. Une première référence immuable est la TERRE, et une première chaîne, la chaîne montante composée de plusieurs muscles commence aux chevilles et monte jusqu’aux yeux. Le pied repose sur un trépied formé par le contact du talon et des têtes métatarsiennes 1 et 5, avec 3 voûtes plantaires indispensable à l’amortissement de chaque pas..

La deuxième référence est créée par le liquide de l’oreille interne qui impose le niveau à bulle  immuable du regard et qui commande à la seconde chaîne, la chaîne descendante qui rejoint les pieds.

DES RÉSULTATS CLASSÉS

Les études statistiques qui suivent ont été réalisées par des élèves dans le cadre de l’enseignement de la myothérapie du Dr Polak, selon un protocole précis.

Tête et cou

– Cervicalgie chronique: 93 % d’amélioration dont 2/3 de guérisons, en 4 séances de moyenne.

– Torticolis aigu: Près de 90 % de guérisons en 2 séances moyennes.

– Migraine à répétition : 92 % d’amélioration dont près de 3/4 de guérisons en

7 séances en moyenne.

– Céphalée banale à répétition: 3/4 de guérisons en 4 séances en moyenne.

– Crise aiguë de céphalée banale: 100 % d’amélioration dont 80 % de guérisons.

– Crise aiguë de migraine: 100 % d’amélioration dont 50 % de guérisons.

– Acouphène (bourdonnements et sifflements d’oreille) : 85 % d’amélioration dont

près de 40 % de guérisons en 5 à 6 séances en moyenne.

– Vertiges: 96 % d’amélioration dont plus de 3/4 de guérisons en 3 séances en moyenne.

– Syndrome dit «subjectif» des traumatisés du crâne (syndrome postcommotionnel avec vertiges, céphalée, cervicalgie, baisse de la concentration) – Ancienneté : 2 mois à 25 ans. Près de 2/3 de guérisons en 3 à 4 séances en moyenne.

– S.A.D.A.M. (Syndrome Algo-Dysfonctionnel de l’Articulation Mandibulaire) :

Près de 90 % de guérisons en 4 séances en moyenne.

– Sinusite (crise) : Près de 100 % d’amélioration dont près de la moitié de guérisons en 2 séances en moyenne.

– Névralgie d’Arnold: 70 % de guérisons, 100 % d’amélioration en 4 séances en moyenne.

Membres supérieurs

Syndrome du canal carpien: Près de 2/3 de guérisons et 91 % d’amélioration en 4 séances en moyenne.

– Névralgie cervico-brachiale : 95 % d’amélioration dont 2/3 de guérisons en 4 ou 5 séances en moyenne.

– Épaule douloureuse (PSH, épaule gelée, coiffe rotateur, capsulite rétractile, entorse acromio-claviculaire, syndrome du défilé sous-acromial, épaule mixte, etc.) : 2/3 de guérisons en 4 séances en moyenne.

– Tendinite du biceps: Près de 3/4 de guérison en 3 ou 5 séances en moyenne.

– Épicondylite et douleurs diverses du coude : 2/3 de guérisons en 4 séances en

moyenne.

– Rhizarthrose et autres douleurs du pouce : Près de 2/3 de guérisons dont 100 % d’amélioration en 4 à 5 séances en moyenne.

Lombes et thorax

– Lombo-sciatique (lombalgie, lumbago, sciatique, sciatalgie avec ou sans hernie discale) : Près de 80 % de guérisons en 3 séances en moyenne.

Dorsalgie inter-scapulaire : 96 % d’amélioration dont 2/3 de guérisons en 3 séances en moyenne.

– Douleur du coccyx : 80 % de guérisons en 4 séances en moyenne.

– Lombalgie de la grossesse: 90 % de guérisons en 3 séances en moyenne.

Membres inférieurs

– Douleur de la hanche : 70 % de guérisons en 4 à 5 séances en moyenne.

– Douleur du genou (ménisque, entorse, arthrose, décentrage rotule, etc.) : 3/4 de

guérisons en 4 séances en moyenne.

– Entorse aiguë de la cheville : 90 % de guérisons en 2 séances en moyenne.

– Entorse de la cheville, chronique ou à répétition : 100 % d’amélioration en

4 séances en moyenne.

– Crampe des mollets (traitement de fond) : 97 % d’amélioration dont 2/3 de guérisons en 1 à 7 séances en moyenne.

– Métatarsalgie (type Morton) : Plus de 2/3 de guérisons en 3 séances en moyenne.

– Hallux valgus (douleur) : 2/3 de guérisons, 96 % d’amélioration en 4 séances en

moyenne.

-Épine calcanéum: Plus de 3/4 de guérisons et 100 % d’amélioration en 3 à 4 séances en moyenne.

Pédiatrie

– Scoliose dorsale et/ou lombaire vraie de l’adolescent: Plus de 90 % d’amélioration sans corset (inversion de l’évolution, diminution de l’angle) en 6 à 7 séances en moyenne.

Gain moyen (scolioses dorsales: 6,21 degrés – maximum: 17 degrés.

Attitude scoliotique de l’adolescent (et scoliose dorsale vraie de moins de 10 %) : Près de 90 % d’amélioration en 5 séances en moyenne.

Ostéodystrophie de croissance (Osgood-Schlaer) : 100 % de guérisons en 6 séances en moyenne.

– Difficultés scolaires: 95 % d’amélioration en 6 séances en moyenne, dont plus de moitié de guérisons en 6 séances en moyenne.

– Énurésie: 2/3 de guérisons en 4 séances en moyenne.

Myopie de l’enfant: 3/4 d’amélioration dont 15 % de guérisons en 8 séances en moyenne.

Malocclusion de l’enfant ou de l’adolescent non appareillé mais devant l’être (chevauchements dentaires, retard de chute de dents de lait, retard de la poussée des dents définitives, prognathisme, rétrognathisme, etc.) : 100 % d’amélioration dont plus de 2/3 de guérisons (n’ont plus besoin d’être appareillés) en 8 à 9 séances en moyenne.

Strabisme de l’enfant: Près de 80 % d’amélioration dont près de 50 % de guérisons en 9,5 séances en moyenne.

Agitation anormale de l’enfant: Plus de 90 % d’amélioration en 3 séances en moyenne.

Médecine du sport

Périostite tibiale: 75 % de guérisons et 100 % d’amélioration en 4 séances en moyenne.

Tendinite achilléenne : 80 % de guérisons, 100 % d’amélioration en 3 séances en moyenne.

Pubalgie: 100 % d’amélioration dont près de 3/4 de guérisons en 5 à 6 séances en moyenne.

Tension douloureuse du mollet chez les footballeurs: 100 % d’amélioration dont 85 % de guérisons, la plupart en 2 séances.

Troubles circulatoires

Jambes lourdes (insuffisance veineuse): 2/3 de guérisons, 98 % d’amélioration en 3 ou 4 séances en moyenne.

Claudication intermittente (artérite des membres inférieurs) : 90 % d’amélioration en 3 à 4 séances en moyenne.

Insuffisance vertébro-basillaire du sujet âgé (trouble de j’équilibre, sensation de vide dans la tête, anxiété) : 95 % d’amélioration en 2 à 3 séances en moyenne. Hypertension artérielle: 86 % d’amélioration dont 1/3 de guérisons en 7 séances en moyenne.

Troubles viscéraux ou dits psychiques

Insomnie: 2/3 de guérisons, 96 % d’amélioration en 4 séances en moyenne. Syndrome anxio-dépressif : Non amélioré par les traitements antérieurs (chimiques ou alternatifs) : 80 % d’amélioration dont 113 de guérisons en 10 séances en moyenne.                                                                                                                       – Dyspareunie, vaginisme: 100 % d’amélioration dont plus de 50 % de guérisons en 4 séances en moyenne.

– Bouffées de chaleur: 90 % d’amélioration en 5 séances en moyenne.

– Reflux gastro-œsophagien avec œsophagite : 90 % de guérisons en 5 séances en

moyenne.

– Gastrite: 100 % d’amélioration dont plus de 70 % de guérisons en 6 séances en moyenne.

– Asthme: Près de 90 % d’amélioration dont plus de 40 % de guérisons en 5 à 6 séances en moyenne.

– Colique néphrétique (crise) : 3/4 de guérisons en 1 séance en moyenne.

– Colite spasmodique: Près de 50 % de guérisons, 90 % d’amélioration en 6 à

7 séances en moyenne.

-Règles douloureuses (traitement de fond) : 85 % d’amélioration, 2/3 de guérisons en 4 à 5 séances en moyenne.

Douleurs diverses

– Névralgie intercostale: Plus de 80 % de guérisons en 3 séances en moyenne.

– Polyarthrite rhumatoïde et spondylarthrite ankylosante : 80 % d’amélioration,

dont 13 % de rémission en 6 séances en moyenne

Divers

– Inégalité de longueur des membres inférieurs : Près de 3/4 de normalisation et 100 % d’amélioration en 5 séances en moyenne.

– Pieds creux ou plats chez l’enfant: Près de 50 % de normalisation et 100 % d’amélioration en 5 séances en moyenne.

Les techniques réflexes

Massage réflexe

Podo-réflexologie

Auriculothérapie

en cours d’écriture…