Je mets de l’ordre dans la santé de mon habitat:

Je demande à un géo-biologue compétent de faire un «bilan – correction» de mon habitat ou bien, je commence moi-même quelques vérifications et corrections.

Je veux m’informer des différentes pollutions dangereuses pour ma santé et  j’achète  un livre qui traite du sujet

Je vérifie d’abord ma chambre qui est l’endroit où je vis le plus long temps de ma journée. Je vérifie si je n’ai pas de champs électro-magnétiques à moins de 50 cm de ma tête : lampe de chevet, radio réveil, téléphone etc.. Si je ne possède pas de détecteur de champs, j’installe un  interrupteur bipolaire à ma lampe de chevet. Un interrupteur de lampe ou autre appareil électrique, est unipolaire, c’est à dire qu’il ne coupe qu’un fil sur les deux. Si le fil coupé est la phase c’est très bien mais si le fil coupé est le neutre alors la lampe reçoit et émet un champ électro-magnétique x fois plus fort et plus toxique lorsqu’elle est éteinte que lorsqu’elle est allumée.  Je regarde si des câbles électriques ne passent pas sous mon lit à l’aplomb de ma tête, si mon arrivée électrique et mon compteur EDF ne sont pas derrière le mur qui est près de ma tête.  Je constate si oui ou non ma chambre n’est pas au dessus du garage qui héberge ma voiture et si celle ci n’amplifie pas les émissions d’un compteur EDF trop proche. Je débranche la prise de mon lit électrique si j’en possède un.

Je teste mes prises de courant avec un testeur de terre ou testeur de prise

Je veux apprendre et mesurer les champs électro-magnétiques  de basses  fréquences et d’ultra hautes fréquences. Je coupe ma WiFi quand je ne l’utilise pas, je coupe les arrivées de mes prises CPL (courant porteur en ligne de mon internet : qui est plus toxique que ma WiFi s’il est constamment en diffusion). Je suis très prudent aussi quant à l’utilisation par ma famille et moi-même, des jeux Wii, des longues parlottes au téléphone, des trop longues stations devant l’ordinateur ou la télévision

Je suis prudent de vérifier que ma chambre n’est pas au dessus d’un puits, d’un ruisseau sous-terrain, et je note que, ultérieurement, je demanderai les compétences d’un géobiologue pour faire le bilan et le traitement de mon habitat ( recherche de perturbations géopathiques et ondes de toutes sortes.